Résumé saison 2010

Septembre 2010 – Bol d’Or – Une semaine de la vie du Team

Lundi

C’est entre 7 et 8 heures du matin que la plupart des membres du team Slider Endurance quittent leur petite famille et prennent la direction de Magny-Cours  afin d’installer le nécessaire  pour prendre part au 74ème Bol d’Or. Notre point de rencontre étant l’aire de Varades, nous nous y retrouvons vers 9h30 et  continuons notre route tous les uns derrière les autres en mettant le véhicule le plus lent devant (une chose est sûre, pour être lent, il est lent…).

Notre second arrêt se fera dans une station-service apres Tours et consistera a  remplir ces ventres affamés depuis tôt le matin. Il va de soi que le repas pris dans la cafeteria de cette station est des plus joyeux et nous ne tardons pas à nous faire repérer par tout le monde.

Nous arrivons sur place a 15 heures et après avoir rempli les documents afin d’avoir nos passes personnes et véhicules , nous pénétrons dans l’enceinte du circuit et découvrons l’emplacement sur lequel nous allons vivre pendant 6 jours. Il n’est pas immense mais a le mérite d’être a environ 5 mètres du camion Dunlop, marque avec laquelle nous roulerons toute la semaine. Nos responsables pneumatiques n’auront donc pas loin pour aller pour se désaltérer si l’attente est trop longue. Pour ce qui est du stand, nous avons la mauvaise surprise de découvrir qu’il faudra le partager avec un autre team, et qu’en plus, nous ne disposons pas de véhicule atelier à l’arrière de celui-ci (2ème annee ainsi).

Notre installation peut ainsi commencer dans la bonne humeur en essayant de résoudre tout ces problèmes pour le mieux.

Mardi

La nuit fut bonne mais humide. Voire même très humide puisqu’à deux reprises, il s’est abattu un véitable déluge sur le circuit et nous constatons que notre  installation electrique, montée il est vrai un peu à la va-vite la veille au soir, n’a pas tenu le coup. Notre électricien Alain doit donc tout reprendre afin de fiabiliser celle-ci.

En ce qui concerne le stand, nous arrivons a négocier avec les organisateurs et notre voisin du stand d’à côté, de pouvoir mettre notre fourgon sur une de ses places innoccupées. Ce voisin étant le team du Qatar engageant deux motos, il dispose donc de deux stands mais n’utilise qu’un emplacement a l’arrière.

Le reste de la journée est occupé a améliorer notre confort et a peaufiner les motos en vue du contrôle technique du matin suivant.
Dernier rebondissement de la journée, notre pilote philippe tombe en panne a Nevers avec son camping-car et arrive avec 3 heures de retard!

Mercredi

Cette nuit ayant été aussi humide que la précédente, c’est tout le circuit cette fois qui se réveille sans électricité jusqu’à 8h30.

Le rendez-vous ayant été pris avec nos pilotes, nous sommes dans les premiers à nous présenter aux contrôles administratifs et bouclons ceux-ci en 20 min (3 heures l’année dernieres) et pouvons donc présenter nos deux machines au contrôle technique. Résultat : rien a redire et bonne au service!

Nous préparons donc nos montures pour 13h30 pour que nos pilotes puissent faire leurs premiers tours de roues sur le circuit de la Nievre. A part quelques divergences sur les réglages de celles -ci, aucun gros problème n’apparaît sur les motos.

L’après-midi commence bien puisque nous avons l’autorisation pour faire rouler nos 2 motos en même temps, ce qui aurait dû être un plus pour les faires évoluer rapidement au niveau des réglages. Mais un de nos pilotes chute au bout de 4 tours et nous ramène la moto dans un sale état.

Résultat : carénage cassé, support d’araignée tordu, et de la terre sur tous les endroits possible.

Mais rapidement nous découvrons pourquoi il y a eu chute. En effet, celle-ci a été causée par une fuite d’huile moteur au niveau d’un carter inférieur
et après démontage, il s’avère que le joint de celui-ci a tout simplement coupé, et l’huile se répandant sur le pneu a engendré la chute.

Nous  ne roulons donc qu’avec la seconde moto.

Jeudi

Cette journée est celle des premiers essais qualificatifs et la tension est au maximum. La météo s’étant considérablement améliorée, puisqu’il fait un soleil radieux, l’ensemble des équipages se donne à fond dès ce jeudi dans la bataille. Nos trois pilotes sont dans leurs meilleurs chronos habituels, ce qui prouve que les réglages de notre moto ne sont pas mauvais du tout.

Le soir venu, force est de constater que le résultat de 2009 sera dur à réediter avec des pilotes dans les mêmes temps. En effet, devant nous, ça roule très vite.

Vendredi

La météo est semblable à celle de la veille et après quelques améliorations apportées à notre monture, nos pilotes s’élancent pleins de motivation
dans cette dernière séance qualificative. Et après 30 minutes de roulage chacun, ils améliorent tous les 3 leurs chronos de la veille.

Mais le niveau général des équipages s’améliorant d’année en année, nous ne nous qualifions « que » 55èmes malgré des chronos semblables a ceux
réalisés en 2009 (37ème). Mais cette petite déception digérée, nous nous disons vite qu’il sagit d’une course d’endurance et comme dit le proverbe: « rien ne sert de courir, il faut partir à point« . Nous le transformons donc en : « rien ne sert de courir très vite puisqu’il faut rouler longtemps« .

Et nous nous efforcerons de l’appliquer durant la course.

Samedi

Passé le warm-up et les différentes réjouissances avant le départ, celui-ci est donné a 15 heures, et après une centaine de mètres seulement,
le premier gros crash intervient et plusieurs gros teams en font les frais.

Par chance, Mickaël, qui s’était élancé, passe a travers  et franchit la ligne au bout du premier tour aux alentours de la 30ème place.
Apres le premier pace-car,la course est relancée et les balles de guerre qui s’étaient retrouvées coincées en queue de peloton commencent a remonter.

C’est au bout d’une demi-heure que l’un d’eux fait l’intérieur a Mika, l’obligeant à redresser in-extremis, à tirer tout droit dans le bac à gravier et à coucher la moto. Il nous la ramènera sans trop de bobos puisqu’après une rapide vérification, il repartira afin de finir son relais.

Ceux-ci s’enchaîneront sans aucun souci jusqu’a la tombée du jour où, suite a un problème d’éclairage, David est contraint de nous ramener la moto
dans le stand afin de remédier a cette panne. Et après seulement 5 minutes, il repartira lui aussi. Comme dans toute course d’endurance, la nuit est source de nombreuses chutes et problèmes techniques. La piste finit par ressembler a une vraie patinoire suite a la perte de différents liquides sur celle-ci. Elle est maintenant parsemée de produits absorbants et il faut une bonne dose de concentration pour ne pas se faire piéger.

Au petit matin, la fatigue commence logiquement à se faire sentir, mais l’objectif de la ligne d’arrivée fait son effet et comme nous ne connaissons aucun souci sur notre machine, nous enchaînons les relais sans intervention majeure, mis a part les changements de pneus et de freins.

Notre dernière décision importante consistera à décider quel pilote franchira la ligne d’arrivée. Mais celle-ci sera rapidement prise, puisque s’agissant de ses premières 24 heures et ayant fait preuve d’une gentillesse certaine tout au long de la semaine, nous décidons que ce sera Philippe qui aura cet honneur. C’est ce qu’il fera à 15 heures et classera le team Slider Endurance a la 28ème place sur 57 équipages ayant pris le départ.

La grande satisfaction de cette épreuve est qu’après tout les problèmes de surchauffe moteur rencontrés au cours de cette année 2010 (ce qui
nous a coûté notre participation aux 24 heures du Mans du mois d’avril), ceux-ci sont résolus car aucun souci de cet ordre n’est venu troubler l’épreuve.

Nous pouvons donc envisager une saison 2011 plus calme que celle qui s’achève avec ce 74ème Bol d’Or.

Avril 2010 – 24 heures du Mans

Trois jours seulement avant le départ pour les 24 heures, nous avons rencontré des problèmes de surchauffe moteur entraînant la détérioration du joint de culasse sur les 2 moteurs de nos R1 2009 (problème récurrent à la pratique de la piste pour ce type de moteur).

Nous avons été dans l’impossibilité technique et financière de résoudre ce problème et avons, la mort dans l’âme, déclaré forfait pour l’édition 2010.

Depuis cette date, nous avons concentré tous nos efforts pour trouver des solutions afin que cela ne se reproduise plus et que la pérennité de l’équipe, qui a été mise à rude épreuve suite a l’énorme déception que cela a entraîné, vienne à bout de ces soucis.

Etant parvenu à ce resultat,le team Slider Endurance a pour projet de reprendre sa marche en avant dans le championnat du monde d’endurance en participant au Bol d’Or.

Lundi 8 Mars 2010 – Circuit du Mans

Comme prévu, nos pilotes Mickaël et Bruno arrivent tôt le matin sur le circuit sarthois afin de s’entraîner en vue des 24 heures.

Et autant la veille au Vigeant, les tours effectués servaient à valider les choix de construction de la moto, autant cette journée avait pour but de corriger les différents problèmes de réglages de celle-ci, que ce soit concernant la position du pilote (réglage des demi-guidons et des repose-pieds), ou sur les différents réglages de suspension et de transmission.

Les chronos n’étaient bien sûr pas le but premier, la moto rentre en fin de journée vers le pays nantais avec une multitude de réglages à tester, afin de satisfaire au mieux Mickaël, Bruno et Manu.

Conclusion : un coup de chapeau à nos pilotes présents lors de ces deux jours d’essais qui, malgré une température hivernale, ont permis toutes ces avancées, et à qui nous donnons rendez-vous au circuit d’Albacete en Espagne, avec nous l’espérons des températures plus clémentes.

 

Dimanche 7 Mars 2010 – Circuit du Vigeant

Le fourgon du team SLIDER ENDURANCE quitte Campbon (44) dès 6 heures du matin avec à bord deux de nos pilotes des 24 heures (Mickael et Bruno), P’ti Romain et Laurent (mécanos) et Alex (mise au point moteur).

Ils prennent la direction du circuit du Vigeant (86) afin d’effectuer les tout premiers tours de roues de notre moto pour la saison 2010.

Malgré la température hivernale (+2°), ce premier contact avec la piste a permis de valider la préparation de notre nouveau bolide, puisqu’aucun problème majeur n’est venu troubler cette journée.

Ni vibrations, ni défauts de conception…ce qui permet de rassurer nos mécanos sur le choix qu’ils avaient fait dans le développement des pièces réalisées par leurs soins.

Le soir venu, notre petite équipe a pris la direction du circuit du Mans où elle effectuera les premiers réglage pour les 24 heures.

Tout cela est de très bonne augure en vue des 4 jours de roulage intensif qu’elle effectuera les 15, 16, 17 et 18 mars prochains sur le circuit d’Albacete en Espagne.


Samedi 6 Mars 2010 – Passage au banc chez Marolo Test

Un grand merci à l’équipe de Marolo Test qui nous a chaleureusement accueillis dans ses locaux.

La moto développe 194 chevaux moteur à la roue arrière.